SAUSALITO, Marin County

De l’autre coté du Golden Gate Bridge, dans le comté de Marin.

Population : 7.150 habitants

Banlieue résidentielle chic de San Francisco.

Jadis Saucelito, bosquet de saules, en espagnol.

Célèbre au début du siècle, pour ses saloons et ses tripots.

En 1976, Sally Stanford, une ancienne prostituée, fut élue maire.


Du coté des House-boats, on respire encore le parfum des années 60.

En 1965, on appelait familièrement San Francisco, Frisco, le mouvement hippy venait d’y voir le jour. Venus des 4 coins du globe, ces hippies s’étaient donné rendez-vous dans la ville de tous les délires. Certains avaient poussé un peu plus loin dans la baie, et c’est la qu’ils avaient décidé de construire leur rêve, de leurs propres mains : la ville flottante.

En 1967, le mouvement est à son apogée, influençant l’architecture de ces habitations flottantes.

Ces maisons ont été construites jusqu’au début des années 70, en d’autres termes, elles ont entre 25 et 30 ans aujourd’hui. Elles ont été construites à la main, la plupart du temps avec des matériaux de récupération, par des gens qui cherchaient des valeurs nouvelles. Depuis, les résidents ont fondé une coopérative, The Gates Cooperative, avec sa gazette, à périodicité variable, dont les journalistes sont les résidents. C’est grâce à la coopérative que ce quartier aux allures de bidonville est resté intact, les habitants se sont ligués pour lutter contre les luxueuses maisons flottantes qui les ont encerclés.

Les house-boats de la Gate’s Cooperative ne sont pas cotés à l’argus mais les loyers sont dérisoires pour une banlieue aussi recherchée. 20 $ par mois et par adulte, +8 $ pour les douches, +20$ pour l’électricité, +5 $ pour les charges... Le loyer le plus bas de tout le comté, pour une surface moyenne de 12 m x3 m.

La guerre a commencé en 1978-79, quand les promoteurs ont voulu les chasser. Ils ont refusé, la police s’en est mêlée, il y a eu des batailles navales à plusieurs reprises. Tous ont été arrêtés pour désobéissance. Ce furent des temps difficiles car au lieu d’aller travailler pour gagner leur vie, ils étaient obligés de rester sur leur bateau pour défendre leur ville flottante.

Autour d’eux, les promoteurs ont construit des villas flottantes de 200.000$, à plus de 1 million de dollars. La moyenne est de l’ordre de 300.000$.

La municipalité en 1996 a versé 1.3millions de dollars à la coopérative pour réhabilité le quartier. Chacun touchera sa part d’argent, reconstruira sa « maison » pour la mettre en conformité avec les normes et partira s’amarrer sur un ponton flambant neuf que les promoteurs ont fini par leur offrir.

 

RETOUR



Copyright ©  2001- 2003 USA & You